Hainan Airlines confirme San José, lance Shanghai – Seattle

air-journal_hainan airlines 787

La compagnie aérienne Hainan Airlines a confirmé le lancement mi-juin d’une nouvelle liaison entre Pékin et San José, et annoncé une deuxième nouveauté vers les Etats-Unis avec un ShanghaiSeattle qui verra le jour une semaine plus tard.

Comme annoncé au début du mois, la compagnie privée chinoise lancera le 15 juin 2015 cinq vols par semaine entre sa base à l’aéroport de Pékin et San José-Mineta : les départs sont programmés tous les jours sauf mardi et jeudi à 14h30 pour arriver le même jour à 11h10, les vols retour quittant la Californie à 13h10 pour se poser le lendemain à 16h40 (passage de la ligne de changement de date oblige, durée de vol moyenne 12h10). Opérant un Boeing 787-8 Dreamliner configuré pour 36 passagers en classe Affaires et 177 en classe Economie, Hainan Airlines sera sans concurrence directe sur cette route, mais San Francisco à 80 km de là est reliée à Pékin par Air China et United Airlines. L’aéroport de la Silicon Valley, sa quatrième destination aux Etats-Unis après Boston, Chicago et Seattle, accueille déjà un vol quotidien direct depuis Tokyo par All Nippon Airlines.

Seattle justement bénéficiera dès le 22 juin d’une deuxième route depuis la Chine, après celle au départ de Pékin qui devient quotidienne le 1er mai. Hainan Airlines proposera quatre rotations hebdomadaires depuis l’aéroport de Shanghai-Pudong, décollant lundi, mercredi, vendredi et dimanche à 13h15 (arrivée le même jour à 9h35), et repartant de l’aéroport Tacoma à 12h00 (arrivée le lendemain à 16h30). Un Airbus A330-200 pouvant accueillir 36 passagers en classe Affaires et 186 en classe Economie sera déployé sur cette route, sur laquelle Hainan Airlines fera face à Delta Air Lines. La filiale du groupe HNA est présente à Seattle depuis 2008.

On rappellera que Hainan Airlines, classée 5 étoiles par Skytrax, dessert déjà en Europe les villes de Berlin, Bruxelles, Moscou et St. Petersburg, ainsi que depuis septembre 2014 Paris-CDG où elle proposera cet été une troisième rotation hebdomadaire depuis Hangzhou via Xi’an. La plus grande compagnie privée chinoise propose aussi des vols vers la France en partage de codes, via Bruxelles avec Brussels Airlines, via Berlin avec Air Berlin, ou via Moscou avec Aeroflot.

aj_hainan airlines a330

http://www.air-journal.fr/2015-02-18-hainan-airlines-confirme-san-jose-lance-shanghai-seattle-5136908.html

Commentaire(s)

  1. Rien ne semble arrêter l’aéroport de Seattle qui sans doute va franchir le cap des 40 millions de passagers en 2015.

  2. gordon24

    Force est de reconnaitre que le pari du « Point to Point » de Boeing initié avec le 787 se met en place petit à petit…

    Les lignes Shanghai-Seattle et Pekin-San José en sont le parfait exemple…

    Rien ne dit que cela va fonctionner mais il est certain que cet avion permet de tester de nouveaux marchés.

    • + 1, avec en plus la multiplication des points d’entrée en Chine (Urumqi, Chengdu, Xian, Xiamen…), les aéroports de Shanghai et Beijing devraient voir leur taux de pax en correspondance progressivement baisser, et les dreamliner et autres A350 envahir le ciel chinois

    • Aulongcourt

      Oui et non à la fois dans votre raisonnement….
      L’idée originelle commune a Airbus et Boeing qui sous-tendait cela était que les plus gros avions seraient réservés aux lignes les plus fortes type hub-hub ou megalole-megalopole…Positif pour les tres gros porteurs: ils décongestionnent l’espace aerien en général,les gros aéroports en particulier,en permettant des baisses de fréquences,donc du nombre de mouvements d’avions…Positif pour les LC plus petits: en faisant des points à points ne passant pas par les hubs ils font le meme job et en plus,offrent un vol plus direct aux clients…
      Sauf que les vols du type ceux mentionnés ici ( Pekin-San José ou Seattle -Shanghai…) continuent à passer par des hubs (Pékin et Shanghai dans l’exemple…).. Ce serait aussi le cas d’un Lyon- New York par exemple…Ce faisant,ils ne remplissent pas la fonction désengorgement ..pour cela il faudrait des Seattle-Xiamen ou des Lyon-Philadelphie….qui éviteraient totalement les endroits engorgés.
      En fait en allant plus loin,on pourrait dire que la ou c’est tres engorge,l’utilisation de tres gros porteurs permet de diminuer des fréquences,donc de libérer des créneaux ..qui sont réaffectés par les compagnies pour des vols depuis des hubs/mégalopoles vers des destinations secondaires…renforçant encore ainsi le rôle fondamental du hub: les correspondances!Au fond,c’est une sorte de complémentarité entre les deux options ( les tres gros et les plus petits..).. Dont les clients dans les deux cas tirent bénéfices,et c’est tant mieux!

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter