Ryanair : l’ordre de vendre ses parts dans Aer Lingus est ridicule

air-journal_ryanair_aer-lingus

La compagnie aérienne low cost Ryanair va faire appel de la décision « ridicule » de l’autorité britannique de la concurrence CMA, qui vient de lui ordonner de se séparer des 29,8% du capital d’Aer Lingus qu’elle détient. Alors même que le principe de la vente de la compagnie nationale irlandaise au groupe IAG a été accepté par deux actionnaires, Dublin et Etihad Airways.

La décision définitive de la Competition and Markets Authority (CMA) le 11 janvier 2015 explique qu’il n’est « pas sain » pour la concurrence qu’une compagnie aérienne « puisse décider de la réussite ou de l’échec » d’une offre sur l’une de ses principales rivales : « nous devons nous assurer que, quelle que soit l’issue de cette transaction précise, l’emprise de Ryanair sur Aer Lingus soit levée », précise le communiqué de la CMA à propos de l’offre de 1,36 milliards d’euros faite par le groupe formé par British Airways et Iberia. Pour Ryanair, qui soutient qu’aucune possibilité de blocage n’est possible avec les parts qu’elle détient dans Aer Lingus, rappelle que son actionnariat est à peu près équivalent à celui détenu par l’état irlandais et Etihad Airways, qui ont accepté sur le principe l’offre d’IAG : la low cost ne serait donc pas en mesure de bloquer la vente d’Aer Lingus si 50,1% des actionnaires le veulent.

Selon Michael O’Leary, la CMA « essaie de défendre l’indéfendable » sur la base de ce qu’elle croyait en 2013, à savoir que grâce à sa participation, la low cost pouvait empêcher tout rapprochement ou fusion entre Aer Lingus et une autre compagnie – exactement ce qu’IAG est en train de mener à bien. Ryanair rappelle sa position sur le sujet, « indépendamment de la décision de la CAM ou du résultat de son appel » : elle n’a « pas reçu l’offre d’IAG pour la reprise de ses parts, mais si est quand ce sera le cas son conseil d’administration étudiera toute proposition à l’aune des intérêts de ses propres actionnaires ».

La CMA a d’autre part déclaré qu’elle va « collaborer avec les autres instances réglementaires » pour s’assurer que Ryanair respecte ses exigences, parallèlement à l’examen de l’offre d’IAG par les actionnaires et à l’analyse de ce projet rapprochement par la Commission européenne.

http://www.air-journal.fr/2015-06-12-ryanair-lordre-de-vendre-ses-parts-dans-aer-lingus-est-ridicule-5145432.html

Commentaire(s)

  1. RichierRSA
    Publié le 12 juin 2015

    Il est vraiment megalo ce mec… il veut faire ses propres règles et n’en a rien a faire des règles de commerces internationales. son arrogance commence vraiment a être plus que fatiguante, il n’est pas au dessus des lois. la CMA lui donne injonction de vendre ses parts dans Air Luingus, il s’exécute point barre !!! Cette compagnie s’est bâtie sur notre argent (via les subventions publiques), serait déficitaire sans ces subventions, et maintenant fait preuve d’une arrogance sans nom, ça fait vraiment trop. A la place de Bruxelle, j’irais meme plus loin et leurs demanderais de rembourser toutes les subventions touchées depuis le début et la on rigolerait bien !!!

  2. Les discussions au CA d’Aer Lingus risquent d’être mouvementées.
    D’un coté Ryanair veut faire monter les enchères sur la valeur de sa participation, de l’autre IAG, avec cette injonction, n’a aucun intérêt à proposer quoique ce soit. MOL va se faire un plaisir de jouer sa (fausse) partition du « Robin des bois » de l’aérien. Il ne veut pas proposer lui-même de valeur pour ses actions et attends une offre pour pouvoir hurler « au vol ».
    Entre temps, il pourra bloquer toute décision stratégique chez Aer Lingus et gagner du temps pour placer ses pions et affaiblir encore plus sa concurrente.

  3. Pere Denis
    Publié le 12 juin 2015

    Quand même,il s’agit d’abord d’un actionnaire ne souhaitant pas vendre ses parts au prix proposé par une entreprise extérieure qui souhaite elle racheter l’ensemble de la société ,alors que certains autres actionnaires ont déjà accepté cette offre: présenté comme cela,s’agit il vraiment d’une incongruité ou d’une chose somme toute assez logique dans le monde capitalistique ( au sens littéral…)?
    Le fait que l’actionnaire en question soit une compagnie aérienne,que l’entreprise extérieure soit également une compagnie aérienne et que la société rachetée soit aussi une compagnie aérienne change t il fondamentalement quoi que ce soit?
    S’il s’agissait , disons, du groupe ACCOR refusant de vendre au groupe Hilton les actions détenues par ACCOR dans le groupe Shangri-La, cela vous aurait il choqué?

    Par ailleurs cette CMA britannique a t elle à juger du coté acceptable ou pas des relations parfois tendues entre entreprises ou bien ne devrait elle n’être concernée que par le résultat et l’impact des mouvements sur la concurrence ? Je ne perçois pas très bien en quoi elle a autorité pour affirmer « qu’il n’est pas sain pour la concurrence qu’un actionnaire puisse décider de la réussite ou de l’échec d’une offre sur l’une de ses principales rivales »…(J’ai à peine modifié la citation en enlevant à dessein toute mention de l’aéronautique…)Et je rajouterai: en quoi aux yeux de cette CMA, est il meilleur pour la concurrence aujourd’hui à trois (Ryanair,BA et Aer Lingus) que l’une des trois parties (BA) rachète une autre des trois (Aer Lingus) pour qu’il n’en reste que 2 au final???? Un Duopole est certes toujours mieux qu’un Monopole,..mais à 3 c’est toujours plus concurrentiel qu’à 2!!!!
    Le problème initial était d’autoriser ou pas Ryanair à entrer dans Aer Lingus,mais cela se fait partout:Qatar est dans IAG, LH est dans SR, OS, SN…Hainan est dans Aigle Azur…etc….

    • pipoca
      Publié le 12 juin 2015

      Tout à fait d’accord avec vous. Ryanair n’a en fait à rien à gagner de la vente de ses actions, et se retrouverait ds quelques années aux limites de son modèle donc peu d’expansion, alors qu’IAG offre des perspectives immenses.
      Un pied à l’étrier, MOL a bien raison de faire monter les enchères et refuser de vendre. Son personnage et le côté folklorique sciemment cultivé ne font que le buzz. Le gars est sérieux, et son approche parfaitement logique

    • J'me marre
      Publié le 13 juin 2015

      Et Airbus dans le capital de ATR qui refuse avec force toute avancée dans le dossier du turbo prop de 90/100 places,alors que la Direction d’ATR et l’autre actionnaire ( Finmeccanica) souhaitent ardemment lancer cet appareil, Airbus devrait il être mis en injonction d’accepter au prétexte que la concurrence sur le marche des avions de cette taille serait plus ouverte ,ce qui profiterait aux compagnies aériennes et donc, in fine, aux consommateurs finaux?????

      ( Hors sujet::::et avant que Phil-ne-sais-plus-combien ne se répande en bassesses sur moi, je tiens à lui préciser compte tenu de certaines de ses remarques passées que 1)je ne suis PAS PNT. 2) je ne suis PAS personnel d’AF et 3) que si un raisonnement utilisant ses arguments et théories conduisent à une affirmation absurde – la compétitivité de LH ,il comprendra…-, c’est donc qu’alors SES arguments et théories sont faux…et oui,justement, cela s’appelle  » un raisonnement par l’absurde » forme TRES employées de la démonstration mathematique!!!)

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter