Groupe Air France-KLM : trafic en hausse en juin

air-journal_air france klm

Les compagnies aériennes Air France, KLM et HOP! ont enregistré une hausse de +0,9% de leur trafic passager en juin, un mois marqué par une stricte gestion des capacités. La low cost Transavia France poursuit son développement rapide.

Les trois compagnies régulières du groupe franco-néerlandais ont pourtant vu le nombre de passagers transportés diminuer le mois dernier, avec 7,127 millions de passagers (-0,9%). Mais leur trafic en PKT (passager kilomètre transporté) a progressé de +0,9% sur des capacités en SKO (siège kilomètre offert) en hausse de +0,5% ; le coefficient d’occupation moyen d’Air France, KLM et HOP! gagne donc 0,4 points à 86,5%. Le communiqué du groupe publié ce 8 juillet 2015 précise que le secteur long-courrier a vu son trafic en PKT gagner +1,9% sur des capacités en SKO en hausse de +1,1% (coefficient d’occupation à 87,5%, +0,7 point), avec en particulier une très forte hausse de trafic vers l’Amérique latine (+6,8%) – toutes les régions du réseau long-courrier affichant des résultats positifs tant en trafic qu’en occupation. En revanche le court et moyen-courrier affiche un recul de -2,8% de son trafic en PKT sur des capacités en SKO perdant -1,9% (coefficient d’occupation 82,8%, -0,8 point). La recette unitaire au siège kilomètre offert (RSKO) hors change « est en nette baisse » par rapport à juin 2014.

La low cost Transavia en France et aux Pays-Bas a connu le mois dernier une hausse de +7,6% de son trafic en PKT, sur des capacités en SKO en hausse de +6,1% ; le coefficient d’occupation gagne 1,3 point à 92,1%. Elle a transporté 1,113 millions de passagers le mois dernier (+7,6%), la maison-mère soulignant que Transavia France poursuit son développement rapide avec « des capacités en hausse de +21% et le maintien d’un coefficient d’occupation élevé ».

Au total, les quatre compagnies aériennes ont transporté le mois dernier 8,240 millions de passagers (+0,2%), avec un trafic en PKT en hausse de +1,5% et des capacités en SKO gagnant +0,9% ; le coefficient d’occupation s’établit à 87,0% (+0,5 point).

L’activité cargo du groupe de l’alliance SkyTeam a connu une baisse de trafic en TKT (tonne kilomètre transporté) de –6,6%, et de -22% sur le tout-cargo, sur des capacités en TKO (tonne kilomètre offert) reculant de -5,2% : le taux de remplissage perd 9,9 point à 59,9%. La recette unitaire à la tonne kilomètre offerte (RTKO) hors change est « en nette baisse comparée à juin 2014 ».

Depuis le début 2015, Air France, KLM, HOP! et Transavia ont transporté 42,602 millions de voyageurs (+1,0%), le trafic en PKT et les capacités en SKO gagnant +0,7% ; le coefficient d’occupation moyen est donc stable à 84,2% par rapport aux six premiers mois de 2014.

Seul développement relevé dans le communiqué de ce matin : le 3 juillet, KLM a signé auprès de 10 banques internationales un contrat de crédit revolving d’un montant de 575 millions d’euros, renouvelant ainsi de manière anticipée sa ligne de crédit qui expirait en juillet 2016. Le Groupe dispose désormais de lignes de crédit non tirées pour un montant total de 1,845 milliards d’euros.

http://www.air-journal.fr/2015-07-08-groupe-air-france-klm-trafic-en-hausse-en-juin-5146903.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 8 juillet 2015

    Seule information importante et clef s’agissant des résultats financiers (les seuls qui comptent): « La recette unitaire au siège kilomètre offert (RSKO) hors change « est en nette baisse » par rapport à juin 2014 ». C’est donc une nouvelle fois, une TRES MAUVAISE nouvelle pour le Groupe… qui n’arrive pas à se sortir de l’ornière. Au delà d’un nouveau plan de restructuration inévitable (qui sera un cautère sur une jambe de bois), AF doit de toute urgence s’allier financièrement à une compagnie aérienne du golfe (idéalement Etihad), si elle veut survivre… quitte à perdre une certaine indépendance financière (que de toutes les façons elle a déjà perdu compte tenu des résultats affligeant enregistrés au fil des mois)…. En remarquera que pudiquement le « en nette baisse » n’est pas chiffré… ça doit être encore pire que prévu. AF paie des années d’immobilisme, d’attentisme, d’incurie dans sa stratégie commerciale, sa stratégie produit (la montée en gamme arrive bien trop tardivement), sa stratégie marketing… AF est très très très mal partie… dommage!

    • Encore une réflexion négative et teintée de frustration…

      • il est surtout réaliste mais pour ça il faudrait nettoyé vos lunettes mon cher « et hop »

      • rantanplan
        Publié le 8 juillet 2015

        Il a quelque part raison: Il ne faut pas confondre hausse du trafic et résultats financiers. La filière Court Courriers (hexagone et limitrophes) est concurrencée, soit par la LGV, soit par les Low Cost… Elle va donc être refourguée à HOP! qui brille par une non homogénéisation de sa flotte et par des promesses alléchantes à 39€ TTC l’aller, ce qui, compte tenu des résultats passés et de la dette constitue ni plus ni moins qu’une vente à perte. L’analyse pour le moyen courrier est sensiblement identique, avec une filiale Low Cost (Transavia France) qui semble agir au « coup par coup » et sans réelle stratégie…
        Seul le Long Courrier pourrait tirer à terme son épingle du jeu, mais avec des alliances, voire des prises de capitaux. N’en déplaise à beaucoup, AF, ses dirigeants et une bonne partie de son personnel se sont considérés pendant des décennies comme « immortels », remettant même en cause au départ la pérennité du système Low Cost. Bref, l’avenir reste très gris pour le groupe…

  2. Alfred
    Publié le 8 juillet 2015

    AF paie surtout la taxation delirante de l’etat qui preserve des activites non-concurrencees au sein du meme pays. Une politique du clientelisme politique effroyable et de faiblesse quant aux compagnies du moyen-orient. La chute de la recette unitaire est percue par toutes les compagnies. Les 3 ME n’ont que faire de la recette unitaire et les flux asie-europe en souffrent. Les compagnies europeennes n’ayant pas les memes poches tres profondes sont obligees de se replier sur d’autres marches, notamment l’atlantique nord qui a vu ses yields s’ecrouler dernierement avec des fortes poussees. Ce marche ne peut plus rien absorber. C’est quasiment le cas de tous les marches. Et c’est l’avenir proche. Une surcapacite generalisee avec des yields qui s’effronderont par les compagnies subventionnees. Air France sera la premiere a tomber ou du moins a etre demantelee. Ca fera une petite bouffee d’oxygene pour les autres, avant que la suivante y passe aussi. Dans quelques annees, il n’y aura plus d’aviation europeenne long-courrier, c’est clair!

  3. Pépère
    Publié le 8 juillet 2015

    Alfred et Gray, je vs rejoins à regret, ayant tjrs cru en un rebond.
    Un bémol: l’investisseur dt il être Etihad, et pourquoi?

  4. RKO
    Publié le 8 juillet 2015

    Avant rachat par une gulf sister on passera par la case restructuration non ?
    réduction de flotte (départ des plus vieux A340) ligne LC peu rentables voir nulles supprimées, recul des commandes en cours(A380, 350 et dream-9) et liquidation du capital humain.

  5. Publié le 8 juillet 2015

    Vu que c’est en parti le fait d’etre une société Francaise, déclaré en France, payant tout ses impots en France effectivement, le seul levier reste l’humain. Dégraissage en vue, bien entendu surement pas là ou il faudrait, on tapera sur les plus productifs, c’est a dire les personnels au sol (ceux facilement sous traitable). Vie ma vie d’arcelor mital etc… etc… vive la France.

    AF avec un siège social en Grèce serait bénéficiaire en milliard d’euro ^^ !

  6. Sam
    Publié le 8 juillet 2015

    Je ne pense pas que la restructuration d’AF doit passer par la réduction de lignes, de vols et de flottes. Nous entrerons dans une spirale infernale dit « d’austérité » afin de faire des économies. Mais la volonté d’AF de faire des économies se répercute sur la clientèle, de plus en plus déçue, se détournant vers les compagnies concurrentes pour de meilleurs prestations et services.

    Air France et KLM ont fusionné pour faire face à la concurrence et aux alliances aériennes même si la compagnie néerlandaise était déficitaire au temps de la fusion. Une telle fusion est donc possible entre compagnie européenne. AF devrait au moins se rapprocher, je dis bien se rapprocher (il n’est pas question de fusion), d’Ethiad qui bénéficie d’une large expertise dans ce secteur. L’idéal est qu’EY détienne plus d’actions et participe à la restructuration d’AF positivement, comme ce qu’elle fait en ce moment avec Alitalia afin de reconquérir les clients. Ainsi, la polémique des droits de trafic européen ne sera qu’un souvenir si les compagnies du golfe s’investissent avec modération dans les compagnies européennes qui gardent tout de même une grande part de souveraineté dans la gestion de la compagnie.

  7. Publié le 8 juillet 2015

    Des mauvais résultats depuis maintenant 8 ans. L’économie de plus de 8000 salaires depuis 4 ans ne change rien. On peut réellement se poser de vraies questions sur les choix stratégiques et économiques de l’entreprise. Les décisions sont toujours aussi longues à etre prises. Le monde a beaucoup changé ces dernières années, mais pas le mode de fonctionnement de cette entreprise dont la gestion semble d’un autre âge. Que de gachis à cause d’une poignée de dirigeants tétanisés par la peur de mouvements sociaux…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum