Crash de Metrojet : rumeurs de bombe et vols suspendus

©Sergey-Korovkin-84

©Sergey-Korovkin-84

Les services de renseignement britanniques et américains accréditent de plus en plus la thèse d’une bombe placée à bord de l’avion de la compagnie aérienne Metrojet qui s’est écrasé samedi dans le Sinaï, tuant les 224 personnes à bord. Le Royaume Uni a suspendu tous les vols à l’aéroport de Charm el-Cheikh, suivi immédiatement par l’Irlande, bloquant sur place des milliers de touristes.

Le porte-parole du Premier ministre David Cameron a expliqué le 4 novembre 2015 qu’un engin explosif « pourrait être à l’origine » de l’accident de la compagnie charter russe. « A la lumière de nouvelles informations » mais sans être en mesure de « dire catégoriquement » ce qui a causé le crash, Londres a donc décidé de suspendre tous les vols entre l’aéroport de Charm el-Cheikh, d’où était parti le vol 7K-9268 à destination de Saint Petersburg, et le Royaume-Uni. Des experts britanniques sont partis vers la ville égyptienne pour y analyser les mesures de sécurité prises à l’aéroport ; ils devraient présenter leur rapport ce matin. Se basant sur la décision de leur voisin, l’Irlande a également suspendu les vols vers l’aéroport du Sinaï.

La low cost easyJet a immédiatement confirmé avoir annulé les deux vols prévus hier soir, et ceux de ce jeudi à Charm el-Cheikh : deux au départ de Londres-Gatwick, un depuis Londres-Stansted, un depuis Londres-Luton, un depuis Manchester et un depuis Milan-Malpensa. La reprise des vols dépendra des instructions du gouvernement, précise-t-elle, « « la sécurité des passagers et des équipages étant sa plus haute priorité ». Des chambres d’hôtels ont été mises à la disposition des passagers bloqués sur place, et les voyageurs ayant réservé des vols vers la station balnéaire dans les 15 jours à venir peuvent demander un remboursement ou modifier leurs réservations. Des rotations étaient également planifiées ce jeudi à Charm el-Sheikh depuis la Grande Bretagne par British Airways, Monarch Airlines, Thomas Cook Airlines et Thomson Airways, cette dernière y proposant aussi un vol depuis Dublin.

Aux Etats-Unis, autre pays pas directement impliqué dans l’enquête sur le crash de Metrojet, CNN explique que selon les dernières informations des services de renseignement, il est « plus que probable » qu’une « bombe posée par l’EI ou ses affiliés » soit responsable du crash de Metrojet, même si « aucune conclusion formelle » n’a été atteinte sur le sujet. La source anonyme précise que ce sentiment est dû à l’examen de tous les renseignements accumulés « avant et depuis » l’accident, avec un « regain d’activité dans le Sinaï » ; mais elle reconnait aussi que les Etats-Unis ne possèdent aucune information crédible et vérifiable spécifique au crash. La branche du Sinaï de l’EI a réaffirmé hier être à l’origine de la catastrophe, après avoir immédiatement revendiqué l’attentat, tout en refusant de dire de quelle façon elle avait procédé. « Ce n’est pas à nous de faire la preuve » du dispositif employé pour faire s’écraser l’A321, affirme un communiqué, précisant qu’il livrera « en temps voulu » la démonstration de son action. L’Egypte et la Russie avaient rejeté la première revendication, parlant de simple « propagande ».

Un employé du BEA a déclaré hier à CNN qu’il n’était « pas possible » que les informations britanniques viennent des enquêteurs, ceux-ci n’ayant pas terminé l’examen des boîtes noires de l’Airbus A321 de Metrojet. « Aucune donnée n’a encore été récupérée » de l’enregistreur des voix du cockpit (CVR) ou de celui des données de vol (FDR), précisait-il la nuit dernière. Le Ministère de l’aviation civile égyptien affirmait hier que le CVR avait été endommagé, mais que les données du FDR avaient été « extraites et validées ». L’agence Tass en Russie a de son côté cité des « experts russes et égyptiens » selon lesquels aucune blessure n’a pour l’instant été identifiée comme correspondant à une explosion lors de l’examen préliminaire des corps rapatriés à Saint Petersburg.

Le premier des 33 corps identifiés à ce jour a été remis hier à ses proches selon Tass. L’avion transportait 214 passagers dont 25 enfants et sept membres d’équipages, parmi lesquels 209 Russes, quatre Ukrainiens, un Biélorusse – la nationalité de quatre personnes n’a pas été clairement établie.

http://www.air-journal.fr/2015-11-05-crash-de-metrojet-rumeurs-de-bombe-et-vols-suspendus-5153057.html

Commentaire(s)

  1. C’est encore une rumeur mais ça fait froid dans le dos. Tous ces gens qui ont accès à la soute d’un avion sans être trop contrôlés.

  2. Et on nous em…. pour une bouteille d’eau à un quart pleine, un coupe ongle, et une prise électrique… on croit rêver, alors que sur le tarmac c’est juste tout et n’importe quoi…

  3. Vincent

    La pudeur et le respect des familles voudraient que les médias ne diffusent pas des rumeurs et des thèses, mais des faits !

  4. Il est assez cocasse de voir que les gouvernements les plus « prudents » sont ceux qui à priori ont le moins d’informations car non impliqués dans l’enquête.
    D’un autre côté, les gouvernements égyptiens et russes semblent (à juste titre?) réticents à reconnaître un pouvoir de nuisance aux extrémistes du Sinai.

  5. On nous cache la vérité depuis le début

  6. je me demande ou sont passés la CIA et le MI6 dans le crash du MH370
    Tout les satellites et les moyens de renseignements disponible et on arrive même pas a localiser les débris de l’appareil alors que ces mêmes services ont débecter par les mêmes satellites l’explosion du metrojet en une journée
    je vous rappelle qu à l’Océan indien se trouve la plus grandes base de renseignement américaine (la base navale Diego Garcia)donc je me demande comment les américains n’ont évoquer aucune thèse jusqu ‘à ce jour

  7. @ KIMI : la zone ou l’Airbus russe a exploqsé était déjà sous haute surveillance par les service de renseignement de plusieurs états car une zone sous influence de DAECH.
    Aucune satellite « regarde » le milieu de l’océean indien en attendant qu’un B777 de MH passe…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum