Boeing : des 737 MAX 8 pour Jet Airways, un accord avec Tata

air-journal_Jet-Airways-737-MAX-8

La compagnie aérienne Jet Airways annonce une commande portant sur jusqu’à 75 Boeing 737 MAX 8, ce qui en ferait le plus gros achat de son histoire. Toujours en Inde, Boeing a d’autre part lancé une « coentreprise aérospatiale » avec Tata Advanced Systems, qui développera des structures initialement pour hélicoptères et collaborera sur le développement de systèmes intégrés.

Annoncée lors du Salon de Dubaï le 9 novembre 2015, la commande de Jet Airways porte précisément sur la conversion de 25 737-800 en autant de 737 MAX 8, et des options et droits d’achats pour cinquante 737 MAX 8 supplémentaires. Les livraisons débuteront en 2018, les avions devant faire l’objet d’un contrat de vente et cession-bail (sale and lease back).

Cette commande « soutient la stratégie de remplacement » de la compagnie privée indienne qui vise « la flotte d’avions la plus moderne et la plus écologiquement progressive ». Le président de Jet Airways Naresh Goyal estime que l’achat de 737 MAX 8 « est un signe de notre confiance dans les prospectives à long terme du secteur aérien indien, reflète les prévisions optimistes pour la croissance économique du pays et offre un potentiel immense de croissance et de développement ». Jet Airways sera la première opératrice du 737 MAX en Inde selon Boeing, qui précise que cette commande figurait déjà dans ses listings pour un client anonyme (ces monocouloirs remotorisés ont déjà fait l’objet d’une commande de la part de la low cost SpiceJet).

Boeing a d’autre part annoncé une nouvelle coentreprise en Inde, avec Tata Advanced Systems : elle développera des structures aéronautiques et collaborera sur le développement de systèmes intégrés. Un centre de production pour structures d’hélicoptères de combat AH-64 Apache sera créé, et pourra se porter candidat à la production d’autres éléments « sur toutes les plateformes de Boeing, commerciales ou militaires ». A plus long terme, cette coentreprise se développera « en se concentrant sur les opportunités de collaboration sur le développement et la vente de systèmes intégrés ». Boeing et le groupe Tata collaborent déjà entre autres sur la production de poutrelles en composites pour le plancher du 787-9 Dreamliner, mais la plupart de leurs efforts conjoints portent sur des avions militaires (P-8I, C17 Globemaster). L’Inde reste le dernier grand pays à ne pas produire d’avion commercial de grande taille.

http://www.air-journal.fr/2015-11-10-boeing-des-737-max-8-pour-jet-airways-un-accord-avec-tata-5153346.html

Commentaire(s)

  1. 777OLIVIER

    Bravo encore pour Boeing.

    Cela dit travailler avec les deux principaux constructeurs (Airbus/Boeing)en terme de commande et de collaboration industrielle aurait été aussi un choix judicieux en terme d’acquisition de savoir faire.
    La stratégie de Boeing d’avoir intégré le japon dans le développement de ses avions fait aussi que maintenant le japon se remet a produire des avions.
    Certes par la petite porte mais comme bombardier ou embraer(pour ne pas citer les chinois très peu crédibles) ils finiront par proposer des avions de la classe du 737/A320.
    Alors a quand l’inde?

    • superyoda86

      Oui l’inde construira un jour des avions, comme les Chinois, les Russes…L’objectif d’Airbus et de Boeing, qui sont liés dans la chasse aux concurrents, est de tuer tous les nouveaux constructeurs pouvant leur nuire. Je pense qu’il existe des accords secrets entre ces deux mastodontes pour qu’ils puissent continuer à se partager le gâteau.

  2. LSO

    à noter que cette commande figurait déjà dans le carnet de Boeing mais sous client anonyme. rien de neuf donc, hormis la conversion de commande.

  3. Entre construire et concevoir un avion, il y a un pas que l’Inde n’est pas vraiment prête à franchir pour l’instant. Celle-ci « monte » déjà des avions militaires Russes sur place et peut-être demain des Rafales, ce qui prouve déjà une certaine expérience en matière d’industrie aéronautique mais il est plus probable qu’ils établissent plutôt une politique de partenariat industriel à l’image du Japon avec Boeing.
    La conception d’un nouveau modèle est longue et l’avenir commercial incertain. Bombardier, pourtant constructeur de renom et déjà solidement implanté sur les 5 continents, semble en faire les frais aujourd’hui avec son programme CSeries.
    La vrai question est plus de savoir vers qui va se tourner ce partenariat??

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter