Volotea: une base à Toulouse, 7 millions de passagers

air-journal_Volotea Toulouse

La compagnie aérienne low cost Volotea a inauguré jeudi sa nouvelle base à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, sa quatrième en France. Elle a en outre franchi le cap des sept millions de passagers transportés en Europe.

Un vol en provenance de Strasbourg a marqué  le 31 mars 2016 l’inauguration de la base de la spécialiste espagnole du vol pas cher dans l’aéroport toulousain, où un Boeing 717 de 125 places est désormais basé. Avec quatre nouvelles liaisons à destination de Brest et Prague (déjà lancées), Malaga à partir du 16 avril et Split le lendemain, Volotea propose désormais 12 routes à Toulouse: elle y dessert déjà toute l’année Strasbourg dont, Ténériffe et Venise, ainsi qu’en saison Ajaccio, Bastia, Figari, Palerme et Palma de Majorque. Carlos Muñoz, fondateur et PDG de Volotea, a déclaré dans un communiqué : « depuis le début de nos opérations à Toulouse en 2013, nous sommes convaincus du fort potentiel de développement économique et démographique de cette région ». Les pilotes, hôtesses de l’air et stewards ont été « en majorité recrutés localement », ajoute-t-il. Outre les 25 emplois directs créés, la low cost affiche des emplois indirects générés par « la maintenance des avions basés ainsi que l’assistance en escale”.

Depuis le lancement de ses opérations à Blagnac en 2013, Volotea y a transporté 123.747 passagers, dont plus de 78.000 en 2015 grâce aux 908 vols proposés. Cet été, elle y met en vente plus de 259.000 sièges, soit plus du double de l’année dernière. Pour Jean-Michel Vernhes, président du Directoire d’Aéroport Toulouse-Blagnac, « avec l’arrivée des beaux jours, les habitants de notre grande région ont un choix encore plus large pour partir en week-end ou programmer leurs vacances d’été ».

air-journal_Volotea 7 millions GenesVolotea a d’autre part célébré mercredi son sept-millionième passager à Gênes. Il s’agit de Salvatore Allia, un Italien de 45 ans qui pourra voler gratuitement pendant un an vers toutes les destinations proposées par la compagnie au départ de Catane et de Gênes. La compagnie devrait atteindre son 10-millionième passager d’ici la fin de l’année, et souligne les étapes précédentes de sa croissance:

– Venise : octobre 2013, Erica Cavallari, premier million de voyageurs

– Bordeaux : avril 2014, Soline Venard, 2 millions

– Palerme : juin 2014, Manuela Donzelli, 3 millions

– Nantes : février 2015, Florence Hugon, 4 millions

– Naples : mai 2015, Gianluca Napoli, 5 millions

– Strasbourg : septembre 2015, Caroline Breitenbucher, 6 millions.

air-journal_volotea 717Rappelons que la low cost est passée de 2 bases lors de son lancement en 2012 (Venise et Nantes), à huit ajourd’hui: Venise, Nantes, Bordeaux, Palerme, Strasbourg, Asturias, Vérone et donc Toulouse. Elle opère des vols vers trois nouveaux pays cette année (Portugal, Malte et Royaume-Uni), qui s’ajoutent aux 10 déjà desservis par la compagnie en 2015 (France, Italie, Espagne, Allemagne, Grèce, Croatie, République Tchèque, Israël, l’Albanie et la Moldavie). Proposant ainsi plus de 38.000 vols via 196 routes, vers 72 villes françaises et européennes et dans 13 pays différents. En France, Volotea est présente dans 17 aéroports desquels elle exploite 87 lignes.

http://www.air-journal.fr/2016-04-01-volotea-une-base-a-toulouse-7-millions-de-passagers-5160603.html

Commentaire(s)

  1. Personne ne donnait 6 mois a Volotea à son lancement et il faut croire qu’elle a trouvé un marché que les autres ne veulent pas….

    Volotea, Vueling prennent de plus en plus de part de marché en France, en plus des gigantesques Ryanair et Easyjet et encore une fois c’est au depends d’Air France et de sa filiale Hop….

    A croire qu’on ne sait pas entreprendre dans ce pays…

    • Vincent
      Publié le 1 avril 2016

      Les Français savent parfaitement entreprendre à … l’étranger.

      L’environnement fiscal et social, outre le poids du secteur public, n’incitent surtout pas à investir en France.

      Je considère même que celle ou celui créant aujourd’hui une entreprise en France relève de la psychiatrie. J’exagère ? Allez voir ailleurs comment tout est fait pour faciliter l’ambition et le talent.

  2. Une compagnie qui a tout compris et qui pourrait être le fossoyeur de HOP AF sur SXB par exemple .

    • Publié le 1 avril 2016

      Compagnie qui a tout compris : se mettre sous statut étranger pour échapper le plus possible à l’impôt… A part AF qui n’a pas le choix et quelques résistants historiques ultimes au grand courage comme Corsair ou XL, il est tellement plus simple de réussir sous pavillon étranger. Pas besoin de talent. La différence est d’entrée criante.

      • Publié le 1 avril 2016

        c’est clair, des pilotes entrepreneurs façon Uber domiciliés fiscalement en Irlande où je ne sais où, pas étonnant qu’ils reussissent.
        Mais les pouvoir politique ne disent rien, car l’Europe…
        JE FINIS PAR PENSER que la France ne s’intéresse plus à ce secteur d’activité, pour se concentrer sur d’autres, plus rentables, moins concurrentiels… Aveuglement ou lucidité?

        • Ce ne serait pas le premier... - 1 avril 2016 à 12 h 22 min
          Ce ne serait pas le premier...
          Publié le 1 avril 2016

          secteur d’activité économique qui est rayé de la carte des productions françaises: pour rappel, on citera: l’acier, l’aluminium, le charbon, le transport maritime, les croisières ( on fabrique des bateaux de..,mais plus aucun croisieriste francais.), l’hôtellerie de luxe, les machines-outils, le tissage, la fabrication textile ( découpe, montage…), la construction de camions de cars et de bus, ..plus toutes celles que j’ai oublié…

          Sans compter celles qui sont entrain de partir doucement,usine après usine: la construction électrique, la construction ferroviaire,la construction automobile….

          Alors, oui, il se peut que le secteur aerien ait été jugé  » irrattrapable » et soit sans autre forme de procès abandonné…En espérant pour ma part que non bien sûr..

  3. Publié le 1 avril 2016

    « Un vol en provenance de Strasbourg a marqué le 31 mars 2016 l’inauguration de la base »
    Est-ce que cela signifie qu’un des deux avions qui étaient basés à strasbourg est transféré à Toulouse ?
    Sinon pour ma part j’ai pris pour la 1ère fois Volotea ce 25 mars pour aller à Brest (jour d’inauguration de la ligne) et ravi du vol. D’ailleurs j’ai réservé une nouvelle fois un Toulouse-Brest pour octobre prochain (vente « flash » pour marquer l’inauguration de la base).
    Pour les partisans d’AIR FRANCE ce n’est pas au détriment d’Air France car dans les deux cas s’il n’y avait pas eu ce vol Volotea je ne serais pas allé à Brest et n’aurais par pris l’avion. D’autre part je fais plusieurs fois par an TLS/ORY et je prends quasiment tout le temps AF (horaires avantageux pour un prix guère supérieur à EZY)

  4. Erik de Nice
    Publié le 1 avril 2016

    « Je ne serais pas allé à Brest et je n’aurais pas pris l’avion »
    C’est justement le marché qui bien souvent créé la demande et non l’inverse..

  5. Est ce vraiment le marché qui crée la demande ?? J’ai plutôt le sentiment que le low cost par son offre a créé la demande en démocratisant le transport aérien , nombre de ces nouveaux clients ne voyagerait toujours pas au prix que pratiquait IT …

    • Erik de Nice
      Publié le 1 avril 2016

      C’est précisément ce que je dis.
      L’Offre Low Cost à non seulement démocratisé le transport aérien dans de nombreuses régions du monde mais de part des opérations ponctuelles ou promotionnelles, à créé une demande..
      En effet, nombre de jeunes (et parfois moins jeunes) programment des WE ou de courts séjours dans l’année sans exigence de ladestination, destination ou il ne leurs seraient jamais venu à l’idée de se rendre auparavant..
      Et ça, c’est le Low Cost qui l’à créé et maintétant, la demande existe pour ce genre « d’expédition » entre amis le temps d’un week-end prolongé, par exemple..

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum