L’aéroport de Nice est neutre en carbone

air-journal_NIce aeroport cote

L’aéroport de Nice-Côte d’Azur est devenu le premier en France à atteindre la neutralité carbone, telle que définie par ACI Europe, grâce à l’adoption de mesures environnementales.

Deux ans avant la date prévue par le groupe, le gestionnaire de l’aéroport niçois a annoncé le 29 aout 2016 avoir obtenu l’Accréditation Carbone niveau 3+,  prouvant son engagement « après plusieurs années de réduction à poursuivre les réductions et à compenser les émissions résiduelles pour atteindre la neutralité carbone des opérations sous contrôle de l’aéroport ». Le 25ème aéroport certifié à ce niveau dans le monde, Nice-Côte d’Azur explique que c’est le résultat de ses efforts en matière de performance énergétique et de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, dans la ligne de ses « récentes démarches environnementales innovantes » comme le passage à l’électricité 100% renouvelable, la mise en test de la première navette aéroportuaire 100% électrique par biberonnage, ainsi que la mise en place d’un système d’alimentation autonome en électricité et climatisation pour l’aviation d’affaires. Depuis 2010, la plateforme niçoise a réduit de 75% ses émissions en kg équivalent CO2 par passager, notamment grâce au partenariat fructueux avec le Groupe Electricité de France avec la signature d’un contrat d’achat d’électricité d’origine 100% hydraulique française. En ce qui concerne les autres plateformes du Groupe ACA, Cannes-Mandelieu passe du Niveau 1 au Niveau 3, tandis que l’aéroport du Golfe de Saint-Tropez rentre dans le programme directement au Niveau 3, soit celui de l’optimisation. « Une réussite vertueuse et collective pour tout le groupe aéroportuaire et ses divers Territoires, engageant la responsabilité de tous les acteurs de la chaîne d’exploitation aérienne impliqués dans le programme », souligne ACA.

Dès 2011, Aéroports de la Côte d’Azur avait intégré le programme indépendant Airport Carbon Accreditation, permettant aux aéroports du monde entier de mesurer leur empreinte carbone et surtout de mettre en place des programmes de réduction drastique de leurs gaz à effet de serre, selon 4 niveaux différents (cartographie, réduction, optimisation et neutralité). Compagnies aériennes, assistants, sociétés de fret, compagnies d’hélicoptères, commerces, restaurateurs, loueurs de voitures, sociétés de nettoyage, avitailleurs pétroliers, administrations, sociétés de sûreté etc. : à ce jour ce sont « 37 partenaires qui participent volontairement » à Nice au programme Airport Carbon Accreditation. Il est géré par WSP Parsons | Brinckerhoff et supervisé par un conseil consultatif indépendant, avec la participation de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, l’OACI, la Commission européenne (DG MOVE et DG CLIMA), la CEAC ainsi que de nombreux autres organismes internationaux.

Pour Dominique Thillaud, Président du Directoire du Groupe ACA, le groupe « s’est engagé dans la nécessaire réduction des gaz à effet de serre de ses activités au quotidien. Aujourd’hui nous sommes fiers de faire le constat que la plateforme de Nice est le premier aéroport français capable de moins émettre, et pour le solde résiduel, de compenser ses émissions, tout en intégrant les augmentations de capacité liées à la hausse du trafic. Le passage à la Neutralité Carbone avec 2 ans d’avance signe cet engagement fort, propre à tout le Groupe ACA, dans lequel s’inscrivent les plateformes de Cannes-Mandelieu et Saint-Tropez. Ainsi, nous nous présentons en 2016 dans les meilleures conditions pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés lors de la COP 21 tout en rejoignant dans l’excellence certains grands aéroports européens déjà certifiés 3+ ». Olivier Jankovec, Directeur Général d’ACI Eruope, félicite bien sûr les équipes des Aéroports de la Côte d’Azur, et rappelle qu’à l’occasion de la COP21, « notre industrie s’est formellement engagée à ce que 50 aéroports européens atteignent ce niveau de performance d’ici à 2030 ».

L’ACI EUROPE est la branche européenne de l’Airports Council International (ACI), la seule organisation mondiale dédiée aux opérateurs et professionnels du secteur aéroportuaire. Elle représente plus de 500 aéroports dans 46 pays européens. Ses membres concentrent plus de 90% du trafic aérien en Europe, accueillant plus de 1,8 milliard de passagers chaque année.

http://www.air-journal.fr/2016-09-05-laeroport-de-nice-est-neutre-en-carbone-5168913.html

Commentaire(s)

  1. Pourquoi faire des aérport neutre? Un aéroport neutre pour accueillir un des modes de transport les plus polluants, qu’est-ce que ça change?
    C’est comme dire un « super centre de retraitement de déchets nucléaires avec une cantine Bio pour ses employés »…
    L’environnement n’est qu’un label pour la communication (qu’on appelait avant « propagande »)

    • Vincent 69

      C.Q.F.D.

      • Il ne suffit pas d’écrire « C.Q.F.D. » à la fin d’un message pour avoir démontré quoi que ce soit.

        Que ces certifications environnementales soient contestables quant à leur méthodologie et leurs conclusions, on peut légitimement en débattre, en effet. Que l’argument environnemental soit souvent utilisé de mauvaise foi dans la communication d’entreprise, c’est aussi une certitude. Mais l’argumentaire du commentaire ci-dessus est en l’occurrence totalement nul. Un aéroport est un établissement commercial comme un autre, et ce n’est pas parce qu’il est associé à une activité par ailleurs polluante qu’il ne faut pas saluer les efforts faits pour réduire la toxicité environnementale de ses infrastructures et de son fonctionnement.

        L’argument: « l’industrie aéronautique est polluante donc à quoi bon limiter les nuisances des aéroports » est juste complètement débile.

  2. c’est bien , bon élève mais peut-mieux faire .
    exemple équiper les parking des employés en prise de recharge électrique comme les parking passagers.
    Et surtout fournir aux compagnies régulières ( et pas seulement a l’aviation d’affaire) des groupes de climatisation venant du terminal comme a Barcelone ou Rome par exemple , afin d’éviter d’éviter que les appareils brûlent du carburant dans leur APU pour garder une température confortable pendant l’embarquement/ le débarquement .

    • Ce qui est le cas sur les postes en passerelle (électricité+clim). Merci cependant de noter que certaines CIes refusent car elles préfèrent utiliser leur APU -ce qui est un comble! Dès lors il faut interdire l’utilisation de l’APU mais également équiper tous les postes hors contact. Ce qui n’est pas facile compte tenu de la polyvalence de certains postes (2 petits avions ou 1 gros par ex.) ce qui multiplie (en pure perte) le nombre de points.
      Ou alors attendre des GPU 100% électriques, (donc des batteries sur roues…) mais pour cela on n’y est pas et cela supposerait une conso phénoménale… Donc pour 1 GPU en cours d’utilisation, 2 en cours de recharge… Donc des surfaces que NCE n’a pas pour ces matériels!
      Globalement il faut le dire NCE est plutôt en pointe: qui peut en dire autant en Europe? Bien peu!

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter