EasyJet réfléchit à racheter TUifly

air-journal_easyJet A320 sol 250e

La compagnie low cost orange envisage de prendre une participation dans TUIfly basée en Allemagne afin qu’elle puisse obtenir des droits de trafic en Europe, même après la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne, a rapporté le magazine allemand Manager Magazin.

Conséquence directe du Brexit, on savait déjà qu’easyJet cherchait un autre certificat de transporteur aérien (CTA) dans un pays européen (s’ajoutant à ceux qu’elle possède au Royaume-Uni et en Suisse), un Graal qui lui permettrait de continuer son activité de transporteur comme aujourd’hui, soit sans restrictions au sein de l’Union européenne. Les pourparlers informels se sont donc poursuivis depuis, la low cost orange ayant selon ses dernières révélations jeté son dévolu sur TUIfly dont le siège est à Hanovre.

Les discussions ont même commencé « depuis un certain temps », a confirmé Martin Locher, pilote de TUIfly, lors d’une conférence de presse, et qui dispose en tant que représentant du personnel d’un siège au sein du conseil de surveillance du groupe. Ce dernier ajoute d’ailleurs que easyJet n’est pas la seule à s’intéresser à elle, car « une autre compagnie aérienne dans un pays européen en dehors de l’Allemagne » examinerait également une acquisition partielle ou totale. EasyJet n’a pas confirmé.

TUIfly exploite une flotte de 41 Boeing 737 NG sur les routes de loisirs dans toute l’Europe. Elle est détenue à 100% par le géant du tourisme TUI Group qui possède encore Corsair International, Jetairfly, Thomson Airways, TUI Airlines Netherlands ou TUifly Nordic.

http://www.air-journal.fr/2016-09-24-easyjet-reflechit-a-racheter-tuifly-5169891.html

Commentaire(s)

  1. Même si EZY rachète TUI le Graal ne lui permettra pas exactement d’opérer comme aujourd’hui. Si la règle européenne s’applique au plus strict -ce que les vrais europeens peuvent espérer- les avions devront être immatriculés dans un pays de l’UE, (sauf ceux opérant de/vers la GB), les personnels à bord bases en UE et sous contrat de droit UE, et… il se peut que des restrictions s’appliquent pour que des citoyens britanniques actuellement employés par EZY puissent obtenir un contrat de travail dans un pays de l’UE.
    Ce qui serait un juste retour des choses, et une juste application de ce que les citoyens de sa Gracieuse ont voté…
    Même si cet âne de Boris veut garder l’argent du beurre et le sourire de la crémière!

  2. Le patron est grecque il n’a qu’a relicaliser sa airline en Grèce, a moins d’assister a… Un grexit 😉

    Mais bon ces histoires de sorties de l’Europe feront peut etre les affaires des compagnies userfriendly comme Vueling et Transavia, avec les tractations actuelles entre l’Irlande et l’Europe a propos des taxes on n’est pas a l’abri d’un exit de Ryanair aussi.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter