Montréal-Trudeau fête ses 75 ans et vise 20 millions de passagers en 2020

air-journal-aeroport-montreal-trudeau-75-ans

L’aéroport de Montréal-Trudeau, qui fête cette année ses 75 ans d’existence, a adopté un plan de modernisation qui devrait lui permettre d’accueillir 20 millions de passagers annuels en 2020, contre 15,5 millions en 2015 et 16 millions prévus en 2016.

James C. Cherry, le PDG d’Aéroports de Montréal, le gestionnaire de la plateforme, explique : « Nous avons achevé la première phase du plan avec l’agrandissement de la jetée internationale et l’adjonction de six poste-avions supplémentaires en maiNous allons maintenant nous attaquer au « côté ville » de l’aéroport avec la rénovation de l’aérogare, des accès au terminal avec notamment le projet de construction de la ligne ferroviaire du REM qui va nous permettre de créér un réseau multimodal pour toucher toute la zone du Grand Montréal« . La mise en service du REM (Réseau Electronique Métropolitain), des rames entièrement automatisées sans conducteur, est prévue à la fin de 2020.  Il reliera l’aérogare au centre-ville de Montréal, la Rive-Sud, l’Ouest de l’île et la Rive-Nord.

air-journal-aeroport-montreal-trudeau-passagers«  Le taux de remplissage des avions sera de plus en plus élevé tandis que ces derniers seront de plus en plus gros, de sorte qu’un nombre toujours croissant de voyageurs transiteront par Montréal-Trudeau. Comme nos trois pistes ne sont présentement utilisées qu’à 50 % de leur capacité et que le nombre de mouvements d’avions augmente moins vite que celui des passagers, cette croissance ne constitue pas un problème. Mais c’est toute la logistique entourant le mouvement des passagers qu’on doit constamment réévaluer », estime James C. Cherry, qui est à la direction d’Aéroports de Montréal depuis 2001.

Chez Aéroports de Montréal, la direction réfléchit aux moyens de bien gérer ce futur flux de 20 millions de passagers annuels : «  Les technologies mobiles vont révolutionner la manière de procéder à l’enregistrement, pense James C. Cherry, plutôt que de prévoir une augmentation de l’espace alloué à l’enregistrement, nous travaillons à le réduire au minimum. On pourrait alors acheter un billet et se présenter simplement aux contrôles de sécurité, pour ensuite avoir accès aux portes d’embarquement à bord de l’avion  ». Aussi, la gestion des bagages est à la réflexion : «  Pourquoi les bagages ne seraient-ils pas pris en charge par un transporteur spécialisé qui se consacrerait entièrement à cette tâche ? Comme un service de messagerie qui viendrait cueillir vos bagages pour les livrer directement à votre hôtel, ce qui éliminerait l’attente aux carrousels. C’est le type de projet qui mérite d’être évalué  ».

air-journal-aeroport-montreal-trudeau-hall-depart-duty-free-detaxeA Montréal-Trudeau, l’offre de services commerciaux va aussi s’adapter aux besoins des voyageurs : «  De moins en moins de repas étant servis à bord des avions, il a fallu bonifier l’offre de restauration. De la même manière, quand il y aura de plus en plus de voyageurs en attente d’un vol de correspondance, nous devrons mettre des services spécifiques à leur disposition : douches, cabines de repos, divertissement. Quand il faut passer trois heures à l’aéroport en attendant son prochain vol, on peut souhaiter que de tels services nous soient offerts.  » Le profil de la clientèle évolue également, et les données démographiques entrent bien sûr en ligne de compte : « La population vieillit. Or, les aînés voyagent plus qu’avant. Il faut leur faciliter l’accès au moyen d’ascenseurs, de rampes mobiles, de fauteuils motorisés. Par ailleurs, la clientèle se transforme. De plus en plus de passagers étant à l’affût des nouvelles technologies, l’aéroport doit suivre les tendances, voire les anticiper.  »

air-journal-aeroport-montreal-trudeau-air-canada

http://www.air-journal.fr/2016-10-02-montreal-trudeau-fete-ses-75-ans-et-vise-20-millions-de-passagers-en-2020-5170266.html

Commentaire(s)

  1. Pierre
    Publié le 2 octobre 2016

    Ah le bon vieu aéroport Dorval! Le meilleur des pires. C’est bien beau avoir un aéroport international en ville, à moins de 15KM du centre, mais quand il faut parfois plus d’une heure de transport pour faire qu’une couple de kilomètres à cause du trafic à gogo, on se demande pourquoi le projet de REM n’a pas été lancé plutôt. 2020 qu’ils disent, 5G de dollars qu’ils disent. Ils se moquent de nous, la corruption, les délais dans la construction québécoise, pas à moins de 15G$ et pas avant 2035! Ou alors un réseau tronqué et bien plus court que prévu.

    Quand aux services donnés à l’aérogare, une vaste blague!
    Une boutique hors-taxes aux prix plus élevés que à la SAQ, un restaurant en zone international, une boutique de livre et accessoires de voyages pour 16Millions de passagers?! Je suis moi-même montréalais, et je n’aurais pas envie d’y faire escale.
    Ah les escales, parlons-en, rien de moins efficaces, basé sur le système américain, devoir passer les douanes et prendre des valises pour les ré-enregistrer par la suite.. Belle perte de temps.
    Des employés tous sauf bilingues chez Air Canada et les compagnies américaines (oui, au risque de choqué quelques personnes, Montréal est au Québec, et au Canada, donc devrait offrir des services 100% bilingues, pas unlingue).
    Bref, tout n’est pas encore réglé, marlgré les récents progrès fait ses derniers temps, il faut l’admettre.
    L’ajout d’un hôtel au sein de l’aérogare même est un succès, la zone dédiée aux passagers vers les ÉU-A est très pratique ainsi que le pré-dédouanement américain.
    L’augmentation du nombre de kiosques d’enregistrement est très utiles.
    Plusieurs nouvelles lignes et compagnie aériennes se sont aussi ajoutées (Copa, Wow, Icelandair, Pékin, Shanghaï, Denver etc..)
    Mais reste qu’entre 14h et 21h, la zone internationale est bondée par la casi totalités des passagers qui partent vers l’Europe. Il faudrait étalés les vols transatlantiques le plus possible, car le problème est le même quelques heures plutôt au passage des douanes et à la récupération des valises, ces mêmes avion arrivant quelques heures plutôt remplis eux aussi!

    • Publié le 2 octobre 2016

      Alors, pourquoi Mirabel n’a pas fonctionné?

      • Si,si....
        Publié le 2 octobre 2016

        Mirabel à tres bien fonctionne et pendant assez longtemps..
        Mirabel à ete conçu dans l’optique de -deja-décongestionner Dorval…le gouvernement décida de dédier le nouvel aeroport de Mirabel au traffic international ( sauf USA) et conserver Dorval pour le reseau intérieur canadien + USA…
        Un peu comme Haneda et Narita à Tokyo…
        Puis les compagnies us inventèrent la notion de hub qui impliquait de concentrer toutes les destinations sur un meme aeroport…
        Ceci posa un gros probleme à Air Canada qui ne pouvait pas se servir de Mirabel comme hub ( faute de lignes intérieures) ,ni de Dorval non plus ( faute de lignes internationales)…Air Canada ne pouvait pas lutter contre les compagnies US…Et AC exigea de pouvoir faire atterrir ses vols internationaux à Dorval…Opposition du gouvernement québécois…AC décide alors de creer son hub à Toronto…Colère du gouvernement québécois…qui accède aux demandes de AC pour Dorval…Colère et plaintes des compagnies européennes qui estimèrent anticoncurrentiel de devoir rester à Mirabel( Dorval plus proche du centre attirerait tous les hommes d’affaires sur AC à leur détriment…) Gouvernement québécois coincé: in fine il ouvre Dorval à tous les vols de toutes les compagnies…qui abandonnent Mirabel cause éloignement…le gouvernement québécois décidé de rendre obligatoire Mirabel pour les vols charter et les vols cargo…pas assez de trafic..Mirabel devient un trou financier sans fond…et sera fermé à tout trafic quelque temps plus tard…

      • Pierre
        Publié le 2 octobre 2016

        Pour deux raisons simples :
        -la première est l’absence de train reliant l’ile de Montréal a celui-ci (pourtant initialement prévu dans les plans)
        2-la deuxième, le fait que le gouvernement fédéral n’a jamais voulu complètement transféré la totalité des vols de Dorval vers Mirabel tout en libéralisant les vols vers les autres marchés canadiens (CQDF YYZ principalement).

        Quel clampin allait donc faire LHR-YMX, prendre un bus (rare) ou un taxi (cher) pour rejoindre Montréal puis faire YUL-YYZ? Alors que le LHR-YYZ était devenu possible grâce a la libéralisation du trafic aérien lors des années 80 au Canada.

    • Point de détail. - 2 octobre 2016 à 19 h 31 min
      Point de détail.
      Publié le 2 octobre 2016

      Vous vouliez sans doute dire  » le bon vieil aeroport « , non????

  2. Le transport ferroviaire dédié entre Toronto Pearson et la gare union n’est pas une franche réussite. Un tarif qui te décourage de prendre le métro entre l’aéroport de Toronto et le centre ville, de la ville reine.

    Montréal n’est pas parfaite mais semble relever la tête après avoir repris la troisième place à Calgary l’an dernier, pour combien de temps?

    L’étalement des vols de et vers l’Europe, cela va être compliqué. Tout le monde ou presque veut partir en même temps pour avoir le maximum de vols en correspondance à Paris ou Londres.

    • Pierre
      Publié le 2 octobre 2016

      Effectivement, cela serait une tache plutôt ardue, mais quelques efforts ont été fait du coté d’Air France (1er vol du jours décolle vers 16h45 et le 3eme vers 22h30) ou encore la RAM qui atterrît l’été a 8h et repart ver 11h (du matin).

      Cepandand, s’il y a quelques fan du *milage-running* et/ou *voucher-running* ou simplement envie de se faire surclasser en J, sachez que les vols transatlantiques vers LHR (BA et AC uniquement), AMS (KL), BRU (AC), GVA (AC) les lundis, vendredis et samedis (a fortiori durant les periodes scolaires québécoises, canadiennes, européennes ou américaines), MEX (AM), ainsi que les vols vers ATL (celui de 12h45 tous les jours est surbooké par 3-6 PAX, et DL donne 1000-1200$USD (ou 800$ en liquide)), vers LGA et JFK (AA, les vols en fin d’après-midi/début, de soirée, soit de 16h a 17h sont les seuls souvent surbookés), ORD (UA le premier de la journée ou celui vers 14h), MIA (AA la fin de semaine seulement, les jeudis et vendredi le dernier de la journée, vers 18h et les dimanches et lundi, les derniers aussi vers 20h), les autres destinations sont surbookées, mais de façon beaucoup moins fréquentes.

    • L’UP express n’était pas un succès à ses début car les tarifs étaient trop élevés. Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec un aller-retour à $24 et seulement $9 pour les détenteur d’un pass Presto, beaucoup moins que l’Heathrow Express ou même le futur CDG Express. Il y a donc beaucoup plus de monde maintenant.

  3. Il y aurait peut être une autre solution -qui déplaira à AC-: libéraliser les accès depuis l’Europe vers les autres aéroports de la côte Est (Quebec, Halifax, etc…) et baisser les redevances des vols domestiques ce qui faciliterait les correspondances depuis ces portes d’entrée. Mais payer 6 ou 700 piastres pour faire un AR de Québec à Halifax c’est prendre le consommateur pour un …. Et au moins ces aéroports peuvent accepter le traffic sans engager des millions en infrastructures: elles existent déjà!

    • En 2008, sous Harper il a été conclu un accord ciel ouvert Canada Union Européenne. La libéralisation existe déjà. Mais Dr l’autre côté la présence de 3 hun a Montréal, Toronto et Vancouver rend quasiment incompatible les liaisons quotidiennes au depart des autres villes notamment à l’est à l’exception des vols Londres St John et Londres Halifax. Sans oublier Calgary à l’ouest. Pour le reste de àint des vols saisonniers. A noter qu’ Ac à mis en ventebpour une dotation en 777 un Paris Ottawa en février ou avril 1017.

  4. Le principal problème de Montréal-Trudeau est celui de l’arrivée et du passage des contrôles d’immigration (ce point a récemment fait la une des journaux!). Quand des touristes doivent attendre plus de 2 heures pour passer en zone publique, y’a un léger problème!!Et bonjour l’image !!
    J’ose espérer qu’ADMTL va régler ce problème au plus vite (2017 sera une année importante pour Montréal)
    Pour ce qui est de la modernisation proprement dite, personnellement je trouve que la dernière jetée internationale est fort bien réussie!!

    • Pas certain que le problème se règle rapidement à Montréal car c’est l’un des aéroports où il y a le plus de « cas » pour ne pas dire plus qui obligent les agents à des contrôles plus poussés (d’ailleurs la salle de contrôle secondaire va doubler de surface pour fouiller un plus grand nombre de personnes) ou à des contrôles coté pistes.
      Le mieux serait de séparer les contrôles pour les passagers en correspondance vers un destination canadienne (c’est prévu) de ceux pour qui Montréal est la destination finale. Ce serait bien d’avoir un plus grand nombre de bornes automatisées en état de marche pour les citoyens canadiens et américains aussi.

      • Alain Lebas
        Publié le 3 octobre 2016

        C’est déjà le cas : à l’arrivée une file distincte est réservée aux passagers en correspondance, une file pour les passagers à destination de Montréal, et une file vers les bornes pour les passeports canadiens et US.
        Effectivement, pour les passagers dont Montréal est la destination finale, le temps d’attente au guichet de l’immigration peut prendre deux heures (expérience vécue !)…
        Au départ, c’est très fluide, le temps d’attente au contrôle des bagages dure 15 min; il n’y a aucune immigration, pas besoin de faire tamponner son passeport en quittant le Canada.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum