Vers un mariage entre XL Airways et La Compagnie ?

air-journal_xl-airways-la-compagnie

Un mariage capitalistique serait en négociation entre les deux compagnies aériennes françaises, XL Airways France et La Compagnie Boutique Airlines, alors que leurs marchés sont complètement différents.

Selon les informations publiées par La Tribune le 27 octobre 2016, des « négociations exclusives pour un rapprochement » sont en cours entre XL Airways, spécialiste principalement saisonnière du voyage loisirs transatlantique et vers l’Océan indien, et La Compagnie qui ne propose que des vols 100% Affaires entre les aéroports de Paris-CDG et Newark-Liberty. Le montage serait le suivant : XL Airways rachète officiellement La Compagnie, avec un paiement en actions. Les actionnaires de la seconde deviennent donc propriétaire de la première et au passage de son tour-opérateur Héliades, un ensemble pesant 300 millions d’euros, « sans débourser le moindre centime ». La Tribune rappelle que XL Airways est sans actionnaire extérieur depuis deux ans, tandis que l’identité des actionnaires de La Compagnie est inconnue « à l’exception de celle de Charles Beigbeder (selon ses informations, Motier, la holding de la famille Moulin, propriétaire des Galeries Lafayette, est le plus gros actionnaire) ». Aucun des responsables des deux compagnies aériennes n’a voulu commenter ou répondre aux questions de La Tribune.

Le nouveau « groupe » disposerait aujourd’hui de trois Airbus A330-300 et deux A330-200 (408 et 364 places, tous pris en leasing) plus un Boeing 737-800 (XL Airways) ainsi que des deux Boeing 757-200 avec 74 sièges en classe Affaires (La Compagnie). Seuls points communs : la base à Roissy, la desserte de New York, et une politique low cost. Les synergies commerciales entre les deux compagnies sont difficiles à imaginer, et La Tribune rappelle en outre que sur le plan financier, XL Airways était dans le vert l’année dernière (et aurait une bonne trésorerie) alors que La Compagnie « n’est toujours pas à l’équilibre » (ses comptes ne sont pas publiés).

On rappellera que le patron de XL Airways France, Laurent Magnin, proposait il y a quinze jours encore l’entrée dans son capital d’Air France pour contrer « l’agression » que représente l’arrivée de la low cost long-courrier French blue, filiale du groupe Dubreuil qui possède également Air Caraïbes (l’offre a été rejetée pour ne pas énerver les pilotes de la compagnie nationale, un peu mieux payés mais travaillant moins). A La Réunion, Air Austral avait également envisagé de reprendre XL Airways, sans succès.

http://www.air-journal.fr/2016-10-28-vers-un-mariage-entre-xl-airways-et-la-compagnie-5171694.html

Commentaire(s)

  1. XL se développe apparemment bien. Je n’ai jamais voyagé avec elle mais c’est bien de voir qu’une compagnie se développe. Souhaitons-lui un bon avenir.

  2. « l’offre a été rejetée pour ne pas énerver les pilotes de la compagnie nationale, un peu mieux payés mais travaillant moins »
    Belle synthèse journalistque, alors là vous avez mis le paquet dans l’analyse!! Bravo, demandez aux pilotes 777 d’AF ce qu’ils en pensent!!!

    • Clama92

      Beaucoup de pilotes 777 AF sont au maximum d’heures autorisées et, pour certains, bien avant la fin de l’année. Encore une information journalistique bien loin de le réalité.

  3. Drôle de mariage. Ils n’ont absolument rien de commun. Je ne vois pas quels synergies sont possibles. Ce sont 2 modèles d’affaires complètement différents.
    À la limite, un rachat par Air Austral aurait eu du sens pour disposer de son propre low-cost long courrier.

    C’est plutôt un mariage forcé. XL avait un besoin urgent d’actionnaire, faute de quoi elle aurait été liquidée. Et le développement de la Compagnie est limité avec son départ de Luton et sans doute un financement limité . Ce sera sans doute plus facile d’acheter ou louer de nouveaux avions à l’un et l’autre. Au final, les actionnaires de la Compagnie vont diriger XL, qui a son tour sera propriétaire de la Compagnie. Il y aura sûrement des changements à la tête du nouveau groupe…Perso, , Frantz Tivelin de la Compagnie ferait très bien l’affaire pour diriger l’ensemble. Il semble être très dynamique.

    • doudou

      Apparemment, ils sont très différents, mais ils peuvent partager beaucoup:
      – Pourquoi pas harmoniser leurs flottes: les 757 commencent à se faire vieux, les 330 ont une capacité bien supérieure aux besoins de la Compagnie, donc pourquoi pas lancer ensemble une low cost LC afin de concurrencer French Blue en achetant des 787-8/A350-900, et en les insérant dans la flotte d’XL et un autre (ou 2) sous la Compagnie: ça augmenterait un peu sa capacité de sièges par rapport aux 757 sans pour autant créer une sur-offre, tout en proposant un cout et un confort bien supérieurs aux 757. Et à ce jour, aucune des deux cies seules ne peuvent se permettre de tels investissements.
      – Partage des slots à Paris: plus de flexibilité.
      – Pouvoir imposer leurs décisions avec plus d’importance.

      • Donc en gros:

        J’adore votre dernier point…..Notez que l’on pourrait aussi l’apeler , » rêver » ou le nommer  » la grenouille qui se voyait grosse comme un bœuf »…..

    • C’est vrai
      à la fois je ne me vois pas épouser mon sosie
      Une complémentarité reste possible

  4. « l’offre a été rejetée pour ne pas énerver les pilotes de la compagnie nationale, un peu mieux payés mais travaillant moins »

    Bonjour François Duclos. C’est la direction d’Air France qui vous a fourni officiellement cette explication stratégique ou c’est le fruit d’une investigation journalistique approfondie ?

  5. XL possédant des slots intéressants sur ORY, il est à prévoir qu’une compagnie étrangère s’en rapproche rapidement, surtout si elle se trouverait positionné sur le low cost à son tour.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum