Corsair International : le rachat par Air Caraïbes est officiel

air-journal_Air_Caraibes_Corsair

La compagnie aérienne Corsair International a convoqué jeudi un CE extraordinaire pour lancer les consultations sur le projet de rachat par le Groupe Dubreuil, propriétaire d’Air Caraïbes.

Pas de repreneur surprise donc : dans un communiqué diffusé hier soir, les deux transporteurs français rappellent que le groupe TUI Travel avait confirmé le 28 janvier 2015 être « en discussion au sujet d’une offre potentielle d’achat de sa compagnie aérienne française ». Les « négociations ont progressé » depuis, au point qu’un Comité d’Entreprise extraordinaire est convoqué jeudi 19 février « pour ouvrir une information en vue de la consultation du Comité d’Entreprise de Corsair sur le projet de rachat de la compagnie Corsair International par le Groupe Dubreuil », qui viendra présenter son projet. Une conférence de presse des dirigeants est prévue le lendemain matin à Paris, à laquelle assisteront Jean-Paul Dubreuil, Président du Conseil de Surveillance du Groupe Dubreuil et d’Air Caraïbes, Marc Rochet, Président du Directoire d’Air Caraïbes et Pascal de Izaguirre, Président de TUI France et PDG de Corsair International.

Corsair International avait révélé la semaine dernière des résultats flatteurs sur la période octobre à décembre 2014, avec un résultat opérationnel en hausse de 4,2 millions d’euros, une recette au siège kilomètre offert (RSKO) gagnant +7%, et un coefficient d’occupation qui a pris 6 points à 87% principalement sur les liaisons aériennes vers l’Afrique et les Antilles. Elle a déjà mené à bien son plan de restructuration Take Off 2012, ayant abouti à la suppression de 450 postes, la compagnie comprenant aujourd’hui près de 1 250 salariés. Basée à l’aéroport de Paris-Orly, elle dessert les aéroports d’Abidjan, Dakar, Antananarivo, Antigua, Cayenne, Dzaoudzi (Mayotte), Fort-de-France, La Romana, Montréal, Pointe-à-Pitre, Port-Louis (Maurice), Punta Cana, Saint-Denis de la Réunion, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Sint Marteen-Juliana, et Sainte-Lucie, certaines destinations étant en partage de code avec Air Caraïbes.

La rationalisation des deux flottes ne devrait guère poser de problèmes, Corsair International opérant quatre Airbus A330 et Air Caraïbes cinq ; la première dispose aussi de trois Boeing 747-400, tandis que la seconde a commandé trois A350-900 et autant d’A350-1000.

Filiale à 100% du groupe TUI, TUI France regroupe les marques Nouvelles Frontières, Marmara, Passion des îles et Aventuria, ainsi que la compagnie aérienne Corsair International. TUI France est aujourd’hui leader sur le marché touristique français, avec une part de marché de 28% pour le tour operating et une forte expertise sur l’ensemble des métiers de la profession. Riche d’un patrimoine de marques, qui constitue un capital de valeur unique en France, TUI France offre un large panel de produits, adapté à chaque segment de clientèle : hôtel club, circuits, à la carte, ou encore sur mesure.

Le Groupe Dubreuil a réalisé un chiffre d’affaires de 1,4 milliard d’euros en 2014.  Le Groupe est présent sur 8 métiers autour de la distribution Automobile et de pièces détachées  automobile (représente 26% du CA en 2014), distribution de produits pétroliers (15%), distribution et location de matériels de Travaux Publics (11%), distribution de matériels Agricoles (8%), distribution Alimentaire (5%) mais aussi dans le Transport Aérien avec Air Caraïbes (33%), dans les Energies nouvelles (1%) et l’Hôtellerie et l’Immobilier (1%).

http://www.air-journal.fr/2015-02-16-corsair-international-le-rachat-par-air-caraibes-est-officiel-5136645.html

Commentaire(s)

  1. Épisode 1 : le rachat. Épisode 2 à venir : les synergies : Les 3 boeings 747 sortiront de la flotte car en fin de vie. CORSAIR n’avait déjà pas les moyens de les remplacer car même si ses comptes se sont redressés la compagnie reste toujours deficitaire. Les lignes Caraïbes seront abandonnées car il y a trop d’acteurs dans cette zone. L’Afrique ? Elle sera relaissée à AF car Corsair ne pouvait jamais y être rentable. Seule restera la partie du réseau sur l’océan indien qui est le seul intérêt pour TX. Les hommes ? On sait très bien que dans une opération de rachat ce sont ceux de la compagnie rachetée qui partiront. D’ailleurs, les talents semblent être plutôt du côté de TX.

    • Pour info, l’Afrique est le réseau le plus rentable de Corsair avec un PMC bien supérieur aux autres destinations au regard du temps de vol beaucoup plus court qu’un Antilles, par exemple.
      Le projet du groupe Dubreuil n’est pas connu à ce jour, il semblerait que les 2 entités, TX et CRL, cohabitent dans un premier temps. Par la suite, on voit difficilement un intérêt à laisser 2 compagnies avec 2 directions faire quasiment le même travail sur la même base (Orly).
      Si on regarde les commandes d’avions de TX, ils correspondent en terme de calendrier au retrait des 747 de Corsair dans un premier temps puis au remplacement des plus vieux 330 dans un deuxième…
      à suivre jeudi

      • Je souscris totalement à cette analyse sauf sur l’Afrique : le pmc est une chose mais la rentabilisation de toute la ligne en est une autre. Je souligne au passage que dans sa communication, CRL ne nous donne que des informations très partielles (amélioration de tel ou tel indicateur) mais jamais leur position par rapport au seuil de rentabilité.

        • S’ils décident de poursuivre la desserte de l’Afrique, ce serait un changement majeur de leur stratégie. Je ne crois pas que TX ait les reins suffisamment solides financièrement pour concurrencer durablement AF sans risquer de se fragiliser. Quand Corsair a décidé de concurrencer AF sur Abidjan, AF a répondu avec son A380 afin de consolider sa position dominante (je dirais même capter toute la clientèle affaires). Que dire de Dakar avec la venue de Transavia en plus des vols quotidiens d’AF en 773 !

          • 100% d’accord. CRL a tenté une diversification de son réseau vers l’Afrique, coincée d’un côté entre un réseau Antilles en surcapacité et l’Océan Indien, d’un autre côté, où EK commence à bien s’implanter et UU à bien se redresser. Mais en choisissant ABJ, ils se sont jetés dans la gueule du loup. C’était vraiment très mal choisi comme destination. Bien sûr, si on ne regarde que le PMC on oublie tout le reste !

  2. easy sleeping pilot - 16 février 2015 à 9 h 23 min
    easy sleeping pilot

    Le regroupement des compagnies aériennes française est une bonne chose . Il serait bon que XL et Aigle Azur prennent le même chemin .

    • Je pense que le chemin de la consolidation du secteur par regroupement de compagnies est pris. C’est ca ou c’est la faillite. Le plus exposé maintenant est sans doute xl. Car Aigle Azur s’est adossé à un groupe chinois.

  3. Le management de TX étant plutôt conservateur dans sa gestion, ils vont sûrement continuer sur leur lancée dans un premier temps : continuer à faire ce qui marche bien et éviter les risques. Je crois qu’ils souhaitent consolider leur position aux Antilles, et dans les Caraïbes à l’instar de Hawaiian Airlines. Avec le rachat de Corsair, ils pourront proposer jusqu’à 3 vols par jour vers les Antilles en haute saison. Par la suite, ils pourraient proposer plus de vols vers Haiti et la Guyane et les destinations touristiques des Caraibes comme Cuba et la Rép. Dominicaine. Et peut-être ouvrir des lignes au départ d’autres aéroports européens vers la Caraîbe. On verra leur stratégie d’ici la conférence de presse ce vendredi !

  4. Espérons que les nouvelles synergies n’enverront pas trop de monde au chômage….

    • Je pense qu’il ne faut pas s’attendre à un miracle. Il y aura, comme dans toute acquisition, une période d’attente où l’acheteur examinera les possibilités de réductions de coûts. Mais on peut déjà envisager que l’équivalent d’une direction et d’un siège sur les deux sera supprimé, de toute évidence, sans même avoir besoin d’être dans le secret des affaires. Le sens de l’acquisition nous donne également une très bonne idée duquel des deux sièges disparaitra.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum