Grève surprise des PNC de Royal Air Maroc

air-journal_Royal Air Maroc 787-8 logo

La compagnie aérienne Royal Air Maroc a dénoncé la « grève sauvage » d’une partie de ses hôtesses de l’air et stewards, qui a conduit depuis hier à plusieurs annulations de vols et de nombreux retards à Casablanca. Le mouvement portant sur des revendications salariales se terminera ce soir.

Suite à une réunion lundi entre la direction du groupe Royal Air Maroc et des PNC de la filiale du groupe Atlas Multiservices, ces derniers ont lancé le 18 octobre 2016 « une grève sauvage de 48 heures en dehors de tout cadre légal » selon un communiqué de la compagnie nationale marocaine. Elle se dit « d’autant plus surprise par cette décision que la réunion s’est déroulée dans un climat responsable et que les deux parties se sont mises d’accord pour la reprise du dialogue », et dénonce un « mouvement illégal qui vise à prendre en otage sans préavis les passagers ». Royal Air Maroc explique avoir tout mis en œuvre pour assurer « la plus grande partie de ses vols », mais l’impact de la grève était visible hier à l’aéroport de Casablanca-Mohammed V, avec plusieurs rotations annulées par exemple vers Londres, Marrakech ou Conakry, Freetown et Monrovia, et des retards vers Strasbourg, Lisbonne, Alger ou Djeddah entre autres. La compagnie précise que les passagers du vol annulé vers Londres ont été replacés sur des vols suivants

Pour ce mercredi 19 octobre, le site de Royal Air Maroc annonce seulement que la rotation AT555/AT554 entre Casablanca et Lagos est elle aussi annulée, les passagers devant être réacheminés sur les vols suivants. Mais d’autres annulations sont déjà affichées à l’aéroport Mohammed V, par exemple vers Paris-Orly, Montpellier, Bruxelles, Copenhague, Beyrouth ou Dakar. Tous les passagers sont invités à contacter la compagnie pour obtenir les informations concernent leur vol. la RAM Assure que l’ensemble du personnel « est mobilisé au service des clients afin de réduire au maximum les désagréments que ce mouvement risque de leur occasionner ».

Des mesures commerciales sont aussi détaillées : tous les passagers voyageant du 17 au 21 octobre peuvent s’ils le souhaitent changer leurs dates de voyage sans pénalité entre le 24 et le 31 octobre 2016. Dans le cas où la classe de réservation initiale n’est pas disponible, le client sera invité à régler la différence tarifaire. Si le vol est retardé de plus de 3 heures ou annulé pendant la période du mouvement social, le passager pourra s’il le souhaite changer son billet sans aucun frais sur le même parcours dans les deux semaines qui suivent la date de l’annulation du vol ; ou se faire rembourser intégralement le billet ou le segment restant selon le mode de paiement ; ou être réacheminé avec un partenaire selon la disponibilité

Les PNC de la filiale Atlas Multiservices réclament entre autres une augmentation des salaires de base, la majoration de la rémunération des heures de vol de nuit de 50%, et l’instauration de frais de déplacement. Des revendications auxquelles Royal Air Maroc « n’a pas répondu favorablement » selon la presse locale. Leur grève doit prendre fin ce soir.

http://www.air-journal.fr/2016-10-19-greve-surprise-des-pnc-de-royal-air-maroc-5171275.html

Commentaire(s)

  1. Airbid

    Si maintenant on fait grève aussi dans les royaumes, où va t on ? A mon avis les grévistes de cette compagnie exemplaire vont se retrouver en taule😂😂😂😂

  2. A350-900ULR

    Commentaire inutile, c’est pas la première grève au Maroc ni à la RAM (d’autant plus sans finalité aussi funeste)

  3. Aéroclub

    De la bouche d’une gréviste la RAM aurait embauché 300 premiers PNC originaires de pays sub-sahariens et serait sur le point d’embaucher 300 autres,
    AT est accusée de faire du dumping social en payant moins et faisant travailler plus au détriment de la préférence nationale,
    Affaire à suivre

  4. Royal air maroc est une compagnie déplorable qui ne respecte ni ses clients ni son staff!

  5. Trrrs normal face a leur direction dictateur
    un ami pnc a la ram me raconte des choses vraiment qui peux arrivé que dans un pays comme le maroc
    ls pnc sont mal payé et pas considéré
    courage a eux

  6. Les métiers de l’aériens connaissent depuis quelques années des transformations phénoménales. La recherche du moins coûtant qui était l’apanage de quelques low-cost bien identifiées est devenu la règle quelque soit la taille de la compagnie, son histoire, son continent ou son modèle économique. Concernant les PNC particulièrement, métiers mobiles et aux barrières à l’entrée peu élevées, les postes sont pris par des personnels de pays toujours plus lointains, à des conditions qui pour eux semblent acceptables voire idéales, alors que pour les locaux, ces conditions sont assimilées à de l’esclavage.
    Je ne sais pas si cette situation est un bien ou un mal, mais l’ampleur de la mutation est plus qu’impressionnante et les tensions entre direction et salariés vont aller croissant dans toutes les compagnies aériennes.

  7. Une greve pas si surprise que cela les syndicats de personnels avaient tirer depuis pas mal de semaines la sonnette d’alarme, et, il y a qq jours deja beaucoup de presse locales avaient signaler l’approche de ce mouvelent social mais AMHA la nouvelle direction croyait que venant de personnels autres que pilotes ca n’impliquerait pas d’annulations de vol, grave erreur de management, un PNC est certes moins crucial dans la chaine qu’un commandant de bord mais il reste un etre humain qui merite ses droits et ses acquis sociaux.

  8. Pet

    Désolé pour les pax mais bonne bouvelle pour RAM,
    Son personnel se bat pour ses droits.
    Encore une direction d’entreprise prise de court par ses employés qui ne l’avaient pas prévenue des mauvaises conditions de travail !

  9. czl

    Une grève dans l’aérien n’est jamais bonne pour l’image d’une compagnie et jamais justifiable auprès des passagers

  10. Eh oui, la logique du dumping social, dont les exploiteurs libéraux chantent les louanges, n’a pas de limite. Pour Royal Air Maroc, même un salarié marocain, ça coûte encore trop cher. On va donc chercher des semi-esclaves au sud du Sahara.

    De même, lorsque les salariés français, au nom de la compétitivité, auront accepté d’aligner leurs salaires et conditions de travail sur celles des Chinois, les chantres du libéralisme globalisé (qui eux-mêmes alignent leurs rémunérations sur celles des CEO nord-américains) leur expliqueront qu’ils coûtent encore trop cher, et « pour sauver leur entreprise », doivent désormais s’aligner sur les Laotiens.

    Bravo aux salariés marocains qui ont le courage de défendre leurs intérêts légitimes !

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum