AirRefund lance une offre « Business » pour les voyageurs d’affaires

air-journal_Lufthansa-internet-Affaires-continental

AirRefund, spécialiste de l’indemnisation des passagers en cas de retards ou annulations des vols, dévoile sa nouvelle offre « voyage d’affaires » qui permet de partager l’indemnisation entre le salarié qui voyage et l’entreprise qui a payé le billet d’avion.

La législation européenne prévoit une indemnité en faveur du passager en cas de perturbation de son vol, mais qu’en est-il pour un voyageur d’affaires dont le billet d’avion a été payé par son entreprise ? « Dans les faits, il s’avère que le voyageur d’affaires est souvent surpris de percevoir une indemnisation financière pour un voyage intégralement payé par son employeur« , affirme AirRefund.

Partant du constat que, lors d’un problème de surbooking, d’un retard ou d’une annulation de vol, l’entreprise subissait un préjudice au même titre que son salarié voyageur, AirRefund a souhaité lui offrir la possibilité de bénéficier, elle aussi, d’une partie de l’indemnisation versée par la compagnie aérienne incriminée. « S’il est acquis qu’un retard, un refus d’embarquement ou une annulation de vol sont pénibles pour le voyageur, il ne faut pas oublier que cela peut aussi engendrer un préjudice plus ou moins grave pour son employeur« , commente Thomas Benita, CEO d’AirRefund. « Nous nous sommes efforcés de prendre en compte l’ensemble du problème pour que toutes les parties prenantes s’y retrouvent.  »

Ainsi, AirRefund a enrichi sa gamme d’une offre destinée aux voyageurs d’affaires permettant de répartir les indemnités perçues entre le salarié et l’entreprise. Cette répartition se fait entre le salarié lui même (50% des sommes collectées), son employeur (20%) et AirRefund (30%) qui ne se rémunère qu’en cas de succès et supporte la totalité des coûts et frais au recouvrement de ces indemnisations.

L’offre « voyage d’affaires » d’AirRefund repose sur un service spécialement étudié pour répondre aux besoins des entreprises et aux exigences des voyageurs d’affaires. Grâce à un algorithme d’identification, AirRefund propose une identification proactive des vols perturbés éligibles à l’indemnisation et à alerter les voyageurs concernés au sein des entreprises clientes, grâce à l’interconnexion de son système informatique avec celui des agences de voyages concernées. Les voyageurs lésés n’ont qu’à cliquer sur le lien qui leur a été envoyé pour enclencher le processus 100% digital. Le service d’AirRefund s’affranchit totalement du papier pour réduire au maximum le temps passé par les salariés à soumettre leur dossier.

AirRefund est disponible en cinq langues (français, anglais, allemand, espagnol et italien) pour répondre aux besoins des grands groupes internationaux, dont le personnel comprend bien souvent de nombreuses nationalités.

Selon AirRefund, son offre a été développée en partant du constat que seulement 40 millions d’euros d’indemnités sont versées par les compagnies aériennes chaque année, alors que cette somme devrait atteindre près d’un milliard si tous les passagers éligibles arrivaient à faire valoir leurs droits. La différence est due au fait que nombre de passagers sont bien souvent découragés face à la complexité de la procédure et au temps qu’ils doivent y consacrer. C’est encore plus vrai pour les voyageurs d’affaires, pour qui ces démarches ne sont jamais prioritaires dans leur charge de travail.

http://www.air-journal.fr/2016-04-02-airrefund-lance-une-offre-business-pour-les-voyages-daffaires-5160647.html

Commentaire(s)

  1. Législation européenne ? Connaît pas! Je ne reconnais que les lois et législations français !

    • aixois54
      Publié le 2 avril 2016

      @ FILS DE CDB AF

      Voici encore un commentaire qui montre votre grande ignorance en ce domaine également.

      Différentes conventions (dont celles de Varsovie et Montréal) priment sur le droit Français par ailleurs (entre autres exemples).

  2. Non pour moi seul les lois françaises prime avant les européennes ! Et plein de personnes pensent comme moi !

    Vous vous en renderer compte en 2017! Seul la France et les français compte ! Le reste n’a aucun intérêt !

  3. Viny
    Publié le 2 avril 2016

    Les lois françaises ne font pas ce quelles veulent pour autant. Le périmètre de notre législation dépend des IR-OPS et comme le dit AIXOIS54, des conventions internationales , de IATA, de l’OACI etc etc. Vous vivez dans une maison d’extrême droite avec des remparts pour mur et une douve en guise de jardin?

  4. Nous verrons bien après 2017 qui avait raison? Et que seul les française prime!

  5. NIKO69
    Publié le 2 avril 2016

    Faites une recherche sur la hiérarchie des normes en droit français.
    Ex : Un arrêté doit respecter un décret qui doit respecter une loi qui doit respecter la constitution mais aussi les règlements européens et les traités internationaux.

  6. Les salariés qui voyagent pour affaire ne sont pas con au point de faire appel à ce genre de service , ils préfèrent garder pour eux les dédommagements et certainement pas les partager avec leur employeur… D’ailleurs ils oublient aussi de délarer ses avantages aux impots ..

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum